• Selim Berrada et Florent Hache

Escalade des tensions au Sahara Occidental entre le Maroc et le Front Polisario

Updated: Feb 15, 2021

Les protagonistes


Le Front Polisario

Le Front Polisario (Front populaire de Libération de la Saguia el Hamra et du Rio de Oro), est un mouvement politique et armé du Sahara occidental né en 1973, ayant lutté successivement contre l’occupation espagnole, jusqu’en 1975, puis contre le Maroc.

Le Polisario est représenté politiquement par la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD). Ce régime se définit comme le représentant du peuple sahraoui conformément au droit de ce dernier à l’autodétermination. A ce titre, les partisans de la RASD revendiquent toujours la tenue d’un référendum d’autodétermination, promis par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU en 1991. Cependant, le Maroc s’y oppose fermement.

Les soutiens de la RASD sont majoritairement des pays d’Afrique et d’Amérique Latine qui adhèrent à l’idéologie tiers-mondiste et anti capitaliste. La RASD fut admise à l’Union africaine en 1982, Union Africaine dont le Maroc se retira en 1984. L’Algérie est considérée comme l’un des principaux soutiens de la RASD, notamment financièrement, afin de limiter les potentielles revendications territoriales marocaines sur son Sahara. Le quartier général de la RASD se trouve d’ailleurs dans l’Ouest de l’Algérie, à Tindouf. Bon nombre de pays africains se sont repositionnés en faveur du Royaume du Maroc, avec lequel ils entretiennent des relations politico-économiques croissantes. La RASD n’est ainsi reconnue que par 25 pays.


Le Royaume du Maroc

Le Royaume du Maroc est un État d’Afrique du Nord de 446 000 km2 si l’on exclut le Sahara Occidental du Royaume, ou de 710 000 km2 si on l’y inclut. Le pays est la cinquième puissance économique d’Afrique. L’Armée royale dispose de moyens techniques bien supérieurs à ceux du Polisario, du fait d’un financement important. En effet, chaque année, 4.5% du PIB marocain est consacré au budget militaire.


L’inscription du Sahara Occidental dans le roman national Marocain.

En 1975, feu Hassan II déclara “Le Maroc restera dans son Sahara, et le Sahara demeurera dans son Maroc jusqu'à la fin des temps”. Le roi actuel, Mohammed VI, réitéra cette position.

Pour le Maroc, les “provinces du sud” faisaient partie du territoire marocain avant la colonisation française et espagnole. En effet, les tribus sahariennes seraient une extension des tribus du Maroc. Le « Grand Maroc » est un ensemble de territoires qui auraient fait partie historiquement du Maroc. Il intégrait la Mauritanie, une partie du Mali, une partie du Sahara algérien et le Sahara occidental. Il est aujourd’hui revendiqué par un parti nationaliste, l’Istiqlal, lequel rappelle l’extension du Royaume Chérifien, avant l’arrivée des colons à la fin du 19ème siècle. La colonisation du sud du Maroc par l'Espagne a commencé en octobre 1934.


Présentation du conflit


Il s’agit de l’un des plus anciens conflits encore en cours. Plus de quatre décennies après son déclenchement, le conflit autour du Sahara n’a pas encore trouvé de solution définitive et consensuelle. Ce dernier a commencé au début des années 60, lorsque le Maroc décide de récupérer ce qu’il considère comme “son Sahara”, juste après avoir accédé à l’indépendance. L’Espagne refuse catégoriquement. En 1974, le colonisateur espagnol avait décidé de mettre en place un gouvernement local sous tutelle espagnole, ce que le Maroc refusa immédiatement.

Le 6 octobre 1975, la Cour internationale de Justice (CIJ) a rendu son avis consultatif sur le Sahara, en reconnaissant que le Sahara occidental n’était pas une “terra nullius” avant la colonisation espagnole. Elle a également confirmé l’existence de liens juridiques et d’allégeance entre les Sultans du Maroc et les tribus sahraouies. Après la reconnaissance de la CIJ des droits historiques du Maroc au Sahara, le Roi Hassan II avait annoncé le 6 novembre 1975 l’organisation d’une marche verte vers le Sahara, laquelle a mobilisé 350 000 personnes. Ce coup de force a contraint les Espagnols à accepter de mener des négociations avec le Maroc. Ces dernières se sont soldées par le départ des troupes espagnoles du Sahara Occidental en février 1976.

Au lendemain des accords de Madrid, le Maroc et la Mauritanie s’allient pour envahir le Sahara occidental. Il n’aura fallu que quelques mois pour que le Maroc occupe deux tiers de ce territoire et la Mauritanie le tiers-restant. L’Algérie décide alors de s’immiscer dans le conflit et provoque la première bataille d’Amgala en janvier 1976, remportée par les troupes marocaines. La période 1976-1980 est caractérisée à la fois par la fuite du Polisario vers Tindouf et par de nombreuses attaques de ce dernier. Celles-ci permettaient au Polisario de se constituer des bases éphémères, toujours reprises par le Maroc.

Le Maroc décide en 1980 de construire le “mur des sables”, qualifié de “mur de la honte'' par le Polisario. Ce mur destiné à séparer la zone contrôlée par le Maroc de celle contrôlée par le Polisario provoque l’enlisement du conflit. Depuis la construction du mur des sables, le Polisario tente toujours de s'adapter au modèle de confrontations conventionnelles auxquelles le mur l’oblige. Les dernières confrontations datent de 1989 et 1990 et se soldent par la perte de 100 combattants du Polisario. Sur la période 1976-1990, la guerre aura causé plus de 16 000 morts.

Le 6 septembre 1991, un cessez-le-feu est signé entre les deux parties sous l’égide de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO). Cette dernière a été créée dans le but de maintenir la paix dans le territoire en conflit, mais aussi d’organiser un référendum d’autodétermination. Cependant, le référendum prévu en 1992 fut constamment reporté.


Actualité du conflit


Le vendredi 13 novembre 2020, une incursion des troupes marocaines dans une zone tampon à proximité de la frontière mauritanienne a de facto mis fin au cessez-le-feu vieux de plus de 30 ans. Cette incursion est motivée par le maintien d’un couloir de circulation routier à Guerguerat, poste frontière avec la Mauritanie situé dans la zone tampon instaurée en 1991. Ce dernier permet au Maroc d’exporter ses productions par voie terrestre vers la Mauritanie, donc d’atteindre l’Afrique Subsaharienne. Tandis qu'il est aujourd’hui soumis aux blocages des partisans du Polisario, le couloir de circulation devrait être protégé des incursions futures par un second mur nord-sud. Ce projet d’emprise territoriale confirme la volonté du Royaume d’outrepasser le statu-quo ante et de se réaffirmer à l’échelle régionale.

L’incursion à Guerguerat a ainsi ravivé plusieurs foyers de tension, tels que Mahbas, Tifariti, Smara ou Mijek. Quelques échanges de tirs ont été enregistrés, mais aucune mort n’est à déplorer. Toutefois la nette supériorité militaire du Royaume du Maroc ne fait aucun doute sur l’issue du conflit, si celui-ci venait à se généraliser.

Par ailleurs, la solution diplomatique semble inopérante. L’ONU n’est jamais parvenue à être un moteur de négociations permettant d’atteindre une solution viable. Dans le même temps, le Maroc est couvert par les Etats-Unis, avec qui il entretient d’intenses relations ; par les grandes puissances du monde Arabe comme l’Arabie Saoudite, le Qatar, ou les Emirats Arabes Unis; et par les pays européens, qui ont fait du Maroc un élément clé du dispositif de lutte contre l’immigration et le djihadisme.


Conclusion


Ainsi, à la nécessité pragmatisme de maintenir les relations commerciales entre le Maroc et la Mauritanie, s’ajoute une forme d’opportunisme. En effet, les conditions géopolitiques et diplomatiques sont propices à une politique de réaffirmation marocaine, dans le même temps l’ONU ne semble plus suffisamment crédible pour arbitrer ce conflit.

Pour la France, la réactivation de ce conflit peut être perçue comme un handicap compromettant les objectifs de la mission Barkhane, notamment la stabilisation de la bande sahélo-saharienne.


Sources


https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/11/16/le-sahara-occidental-en-proie-a-un- regain-de-tension_6059909_3212.html


https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=LCDLO_102_0043&download=1


https://fr.wikipedia.org/wiki/Empire_ch%C3%A9rifien


https://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_royale_(Maroc)#L'Arm%C3%A9e_royale_ aujourd'hui


https://www.monde-diplomatique.fr/index/sujet/conflitdusaharaoccidental


https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Barkhane#Contexte

11 views0 comments