• Rémi Darrigade

Le sport peut-il être un moyen efficace pour faire pression sur les agissements russes en Ukraine ?

Updated: Mar 28

Le 24 février dernier, la Russie, sous les ordres de Vladimir Poutine, décide de lancer une « opération militaire spéciale » en envahissant l’Ukraine. Cela fait maintenant près d’un mois que tous les yeux sont rivés sur cette guerre qui s’enlise inexorablement. Face aux agissements de la Russie, la majorité des pays du globe se range du côté ukrainien et de nombreuses sanctions économiques, financières et diplomatiques ont été déjà décidées. Pour autant, dès le début de ce conflit, un secteur s’est particulièrement illustré en accumulant les prises de parole et les décisions fortes contre la Russie : celui du sport. En effet, l’élimination des Russes de la coupe du Monde de football au Qatar l’hiver prochain, la suppression de leur délégation aux Jeux Paralympiques de Pékin ou encore l’évincement d’athlètes comme le très prometteur pilote de Formule 1 Nikita Mazepin, illustre la volonté de sanctionner le Kremlin par l’intermédiaire du sport. Peut-on imaginer que ces différentes sanctions aient un impact sur la volonté de Poutine d’envahir l’Ukraine ?


Le poids du sport dans le soft power russe :



Depuis maintenant une quinzaine d’années, la Russie a constitué un véritable « sport Power ». L'exemple le plus marquant est celui de l'organisation en 2018 de la Coupe du monde de football, l'événement sportif le plus regardé dans le monde, qui a prouvé à l’échelle internationale que les Russes étaient capables d'organiser brillamment une telle compétition. Le sport en Russie est extrêmement populaire et la visibilité y est énorme ; du hockey sur glace au football, en passant par le tennis, c'est une grande partie de la population russe qui s'intéresse aux compétitions de leurs athlètes. Au-delà du niveau de ces derniers, le monde du sport permet au Kremlin et en particulier à Vladimir Poutine de véhiculer une image d’un pays moderne et d’atténuer les critiques des Occidentaux sur sa manière de diriger sa nation. Cependant, avec la guerre en Ukraine, tout cet investissement pour faire de la Russie un acteur considérable du sport semble s’écrouler.


Le détail des sanctions prises contre les Russes dans le milieu du sport :


Dans le milieu du football :



Le 28 février dernier, l’UEFA et la FIFA, deux des principales organisations qui gèrent les compétitions du ballon rond, a fait le choix d'exclure la Russie de la prochaine coupe du Monde de football au Qatar ainsi que tous les clubs russes encore qualifiés pour les phases finales des coupes européennes. En plus de ces décisions majeures, il a été décidé que la prochaine finale de la Ligue des champions, le tournoi le plus populaire au monde pour un club de football, n'aurait pas lieu comme prévu auparavant à Saint Pétersbourg mais à Paris. Ces sanctions s'ajoutent à la décision au préalable des fédérations polonaises et suédoises qui avaient déjà annoncé qu'elles refuseraient de jouer contre l'équipe russe afin de se qualifier à la prochaine coupe du Monde. De plus, afin de montrer la contestation internationale face à l'invasion du Kremlin, l’UEFA a rompu son contrat historique avec le géant russe du gaz Gazprom, partenaire principal de de la Ligue des champions, contrat estimé à 40 millions d’euros.

Enfin, les différentes puissances occidentales cherchent depuis le début du conflit à punir les oligarques russes présents sur leurs territoires. C'est pourquoi, Roman Abramovich, un oligarque particulièrement influent, a été contraint de mettre à la vente son club anglais de Chelsea, un des cadors du football européen et mondial. Le Royaume-Uni a expliqué cette décision du fait des liens extrêmement étroits entre le milliardaire russe et Vladimir Poutine. Ceci vient à la suite de la décision de l'Union européenne de sanctionner plus de 800 personnes présentes sur une liste noire pour leurs relations avec le Kremlin.


Dans le cadre des Jeux Paralympiques :



Il s'agit « d'un revers monumental pour Poutine », c'est avec ces mots que Pascal Boniface, géopolitologue et directeur de l’Iris (Institut de Relations Internationales et Stratégiques), analyse la décision du Comité Paralympique d'exclure 83 athlètes russes et biélorusses des jeux paralympiques de Pékin le 3 mars dernier. Alors que ce même comité avait décidé deux jours avant de confirmer la présence de ces athlètes, face à la pression de l'ensemble des pays membres de l'organisation, cette dernière a fait machine arrière et l'ensemble des compétiteurs ont dû quitter Pékin immédiatement sans pouvoir assister à la cérémonie d'ouverture.


Pour la Formule 1 :




Nikita Mazepin : pilote automobile russe






À cause de la guerre que mène son pays contre l'Ukraine, le très jeune et prometteur pilote de Formule 1 Nikita Mazepin a été exclu début mars par son écurie américaine Haas à deux semaines de la reprise du championnat. En plus cette décision, Haas a décidé de rompre son contrat avec son sponsor Uralkali. L'équipe américaine a expliqué ce choix par l'ampleur du conflit entre la Russie et l'Ukraine. En réponse à son éviction, Mazepin vient de créer une fondation pour soutenir tous les athlètes exclus pour des motifs extra sportifs.



Ces sanctions peuvent-elle pousser Poutine à ralentir son offensive en Ukraine ?


À première vue, les sanctions sportives contre les athlètes russes ne semblent pas pouvoir changer les intentions de Vladimir Poutine. Cependant, comme le rappellent Pascal Boniface ou Lukas Aubin (autre spécialiste des questions géopolitiques et sportives), ce n'est que la deuxième fois qu'un pays se retrouve sanctionné sportivement à cause d'évènements extérieurs. En 1995, avec l'apartheid, l'Afrique du Sud avait été exclue de toutes les compétitions sportives et c'est exactement ce qui se passe avec la Russie. Les décisions de la FIFA ou de l’UEFA ternissent considérablement l'image du Kremlin puisque le sport est un des principaux moyens pour l'Etat russe de rayonner à l'international. Ainsi, c'est tout un pan de son économie qui est paralysée car plus aucune compétition ne pourra être organisé dans le pays et tous les oligarques russes vont être affectés par la situation diplomatique. En effet, avant cette guerre, Poutine continuait à encourager ses oligarques à investir massivement dans le sport afin de mettre en lumière l'attractivité de la Russie.


Une question parallèle apparaît au regard des sanctions sportives prise contre la Russie. Comment la population va-t-elle réagir face à l'isolement de son pays ? Bien que le pays soit considéré comme un régime où la liberté d'expression est limitée, le sport fait partie des enjeux sociétaux du pays. C'est pour cette raison que des sportifs et notamment les joueurs de tennis russes comme le nouveau numéro un mondial Daniil Medvedev ou le jeune Andrey Rublev ont appelé à la paix immédiate en Ukraine. Pour autant, leur position est délicate compte tenu de leur statut de citoyens russes et ils n'ont donc jamais totalement condamné l'action de leur gouvernement. Ainsi, leur présence au prochain Wimbledon (le plus grand tournoi de tennis de tous les temps) est compromise selon le gouvernement britannique qui souhaite écarter tous les athlètes russes de leurs compétitions.




Daniil Medvedev le numéro 1 mondial de tennis






Néanmoins, c'est la première fois que des sportifs russes osent prendre la parole pour donner un avis sur la politique de leur pays. Selon Carole Gomez, directrice en recherche de géopolitique du sport à l'Iris, ces interventions médiatiques des athlètes russes sont inhabituelles et montrent que le Kremlin peut être affaibli et isolé. En effet, les réactions de Rublev et de Medvedev sont loin d’être anodines étant donné que la Russie s'est toujours servie du sport pour affirmer sa légitimité internationale et que cette même légitimité se retrouve à présent mise à mal.



Finalement, il est difficile de dire si, à long terme, les sanctions sportives prises à l'encontre de la Russie auront un impact si important que Vladimir Poutine se retrouvera sous pression pour mettre un terme à ses offensives sur le sol ukrainien. Mais les décisions de ces dernières semaines de pénaliser l'ensemble du monde sportif russe risquent tout de même d'affaiblir la légitimité du Kremlin vis-à-vis de sa population, très attaché à ses athlètes.




Sources :


- https://www.ouest-france.fr/monde/guerre-en-ukraine/entretien-punir-la-russie-dans-le-domaine-sportif-a-un-impact-immediat-215c5c4c-989e-11ec-a212-1f68235c1350

- https://fr.wikipedia.org/wiki/Invasion_de_l%27Ukraine_par_la_Russie_en_2022#24_f%C3%A9vrier

- https://www.lequipe.fr/Tous-sports/Actualites/Lukas-aubin-les-sanctions-sportives-prises-contre-la-russie-sont-extraordinaires/1320030

- https://ici.radio-canada.ca/sports/1867360/guerre-ukraine-sport-politique-diplomatie-cio

- https://www.bilan.ch/story/vers-un-autre-soft-power-sportif-776138163609

- https://www.ouest-france.fr/sport/coupe-du-monde/guerre-en-ukraine-la-russie-exclue-de-la-coupe-du-monde-de-football-au-qatar-d1e48738-98b7-11ec-a212-1f68235c1350

- https://rmcsport.bfmtv.com/football/premier-league/guerre-en-ukraine-de-nouvelles-sanctions-contre-abramovich-futur-ex-patron-de-chelsea_AV-202203140439.html

- https://www.francetvinfo.fr/jeux-paralympiques/paralympiques-2022-les-athletes-russes-et-bielorusses-finalement-exclus-des-jeux-de-pekin_4990378.html

- https://www.motorsinside.com/f1/actualite/26483-mazepin-cree-une-fondation-pour-soutenir-les-pilotes-exclus-des-competitions.html

- https://www.lapresse.ca/sports/tennis/2022-02-27/guerre-en-ukraine/daniil-medvedev-plaide-pour-la-paix.php


67 views0 comments