• Rémi Darrigade

Qatar Partie 2 : Pourquoi l’élection du Qatar n’est finalement pas une surprise ?

Oui, l’élection du Qatar pour organiser la coupe du Monde 2022 a été entachée d’affaires de corruption avec près de la moitié des 22 votants qui ont été bannis de la FIFA (Fédération internationale sportive de football). Nous avons vu dans la première partie que le Qatar était loin d’être le pays hôte idéal pour ce Mondial de football. Sans aucun doute, si un autre pays avait été choisi, il n’y aurait pas eu autant de polémiques, de soupçons, de critiques ou l’idée d’un boycott pour empêcher que cet événement ait un succès identique aux précédentes éditions. Pour autant, des raisons économiques, sociétales et le contexte de l’époque font que cette élection est tout sauf une surprise.




1. Un choix novateur dans le paysage footballistique :


La principale raison qui explique le fait que le Qatar ait été choisi pour organiser la coupe du Monde de football 2022 réside dans l’aspect novateur du pays. En effet, sur les 5 pays engagés pour le rôle de pays hôte, seul l’Australie et le Qatar n’ont jamais organisé cette compétition. C’est un premier point positif retenu pour les Qataris puisque la FIFA cherche toujours à diversifier les organisateurs de la compétition. De plus, au-delà du nombre de fois en tant que pays hôte, il convient de se rappeler que l’Europe, l’Amérique (Nord et Sud) et l’Asie de l’Est sont des zones géographiques toujours sélectionnés dans l’organisation d’un Mondial. En ce sens, le Moyen Orient n’ayant jamais été élu, le Qatar apparaît comme le choix idéal pour la coupe du Monde 2022. Ainsi, Pascal Boniface, fondateur et directeur de l’Iris (Institut de Recherche Internationale et Stratégique) exprimait en 2010 la situation de la manière suivante : « Le choix du Qatar serait un signal fort de la Fifa qui mettrait le football au service de la lutte contre le choc des civilisations ». Ces mots ne sont pas anodins ; le football se veut comme le sport populaire par excellence, sans frontières et c’est le Qatar qui est le plus enclin à devenir l’organisateur en 2010 dans cette optique d’ouverture.


2. Un choix économique, sportif et environnemental « cohérent à l’époque » :


Bien que cela puisse paraître surprenant, en 2010, face à la Corée du Sud, le Japon, l’Australie et les Etats-Unis, le Qatar dispose du meilleur projet économique et environnemental. En effet, le pays du Moyen Orient fait forte impression en promettant des stades de nouvelle génération, de véritables merveilles technologiques avec un bilan carbone nul car l’énergie solaire sera utilisée par l’intermédiaire des innombrables panneaux photovoltaïques. Aucun autre pays concurrent ne peut se prévaloir d’être aussi propre à l’époque pour le Mondial 2022 sans compter que la construction de ces stades a un énorme coût et seul le Qatar dispose de ce genre de moyens financiers.

Sportivement, le pays du Moyen Orient est considéré comme un Etat expérimenté dans l’organisation de très grands événements sportifs. Evidemment, comme dit précédemment, ils n’ont jamais eu la charge d’une coupe du Monde de football. Cependant, des compétitions sportives de très grande ampleur sont chaque année déjà organisées par le Qatar en 2010 : le tournoi ATP 250 de Doha qui regroupe depuis 1993 les meilleurs joueurs de tennis de la planète, le Grand Prix Al Shaqab d’équitation qui opposent les meilleurs cavaliers au monde ou encore l’organisation des Jeux Asiatiques en décembre 2006 regroupant plus de 8600 athlètes. Le pays n’a donc rien d’un débutant face aux autres candidats.


3. Un choix sociétal : la victoire d’un peuple amoureux du ballon rond


Le Qatar, à l’image de tout le Moyen Orient, a toujours rêvé de l’organisation d’un évènement sportif tel que la coupe du Monde de football. C’est la candidature du Qatar qui suscite le plus de frénésie. Ainsi, la page Facebook du projet qatari est à l’époque soutenue par plus de 500 000 personnes, signe que la candidature rassemble. De plus, dans une région du monde souvent divisée, le football est un véritable modèle de pacification. Tous les pays du Moyen Orient sont fous du ballon rond et tous les weekends, les habitants se réunissent pour regarder les meilleurs matchs des championnats européens et en particulier la Premier League, le championnat anglais de football, où là-bas, chaque gros club possède sa propre communauté de fans.



En somme, si la manière dont s’est déroulée le vote peut poser question et amener à critiquer logiquement la victoire du Qatar en tant que futur pays hôte de la coupe du Monde 2022 de football, en 2010, par rapport à ses autres concurrents, le pays du Moyen Orient dispose des arguments nécessaires pour ce type d’événements. En rajoutant le fait que cette région du Monde n’avait pas eu auparavant l’occasion d’organiser un Mondial, l’élection du Qatar n’est pas vraiment une surprise pour le contexte de l’époque. Néanmoins, nous verrons prochainement qu’en 2022, cette organisation fait scandale et l’appel au boycott est la conséquence logique d’une série d’épisodes qui ont choqué l’opinion publique.




Partie 3 : La question du boycott de l’évènement



Sources :

- https://www.lemonde.fr/idees/article/2010/12/17/pourquoi-le-qatar-a-emporte-l-organisation-de-la-coupe-du-monde-2022_1455030_3232.html


- https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-islam/20101201.RUE9686/pourquoi-le-qatar-merite-la-coupe-du-monde-de-foot-2022.html


- https://www.lexpress.fr/actualite/sport/football/coupe-du-monde-au-qatar_1543907.html


- https://fr.wikipedia.org/wiki/Coupe_du_monde_de_football_2022








168 views0 comments